L’avenir de la vaccination prendra-t-il la forme d’un patch ?

Une solution vaccinale plus simple, plus économique, plus accessible et moins douloureuse : c’est la promesse des chercheurs de l’Institut de Technologie de Georgia, aux Etats-Unis. Comment ? En développant un patch doté de micro-aiguilles. Découverte.

Après 64 ans de bons et loyaux services, la seringue des vaccins pourrait laisser sa place à un patch, tout aussi efficace et moins douloureux. Equipé de 100 micro-aiguilles d’une longueur de 0,65 mm, le patch injecte le vaccin grâce à une application cutanée de 20 minutes, pouvant d’ailleurs être réalisée par le patient lui-même ! Testée aux Etats-Unis dans le cadre de la vaccination antigrippale, les résultats de cette alternative à la traditionnelle injection intramusculaire se sont avérés tout aussi concluants. En l’espace d’un mois, les volontaires avaient développé autant d’anticorps que les patients ayant reçu l’injection !

Outre son efficacité et son confort (puisque quasi indolore), le patch de vaccination présente un avantage de taille, notamment pour les pays en voie de développement : contrairement à son ainé, le patch ne nécessite pas de suivre les contraintes logistiques de la chaîne du froid.

Pour certains vaccins, les dispositifs d’injection intradermique sont donc appelés à en améliorer l’administration !

Vous souhaitez en savoir plus ?

Découvrez l’article complet du Figaro

Retrouvez-nous sur sanofi.fr