Innovation

Concilier cancer & emploi : répondre aux besoins des salariés et des entreprises

Aujourd’hui en France, 3 millions de personnes vivent avec ou après un diagnostic de cancer. Sur 1000 nouveaux cas de cancers diagnostiqués chaque jour, 400 concernent des personnes en activité professionnelle2Pourtant, travailler avec ou après un cancer est loin d’être une évidence pour le salarié et l’entreprise.

Face à cet enjeu de société, l’Institut National du Cancer a initié une Charte, en partenariat avec l’Agence nationale d’amélioration des conditions de travail et l’Association nationale des DRH. Son objectif ? Inciter les entreprises à signer cette Charte qui les accompagne dans la mise en place de dispositifs efficaces afin de lever les obstacles à la réinsertion professionnelle des personnes touchées par un cancer et faciliter leur quotidien en entreprise.

Le cancer au travail : une situation professionnelle en demi-teinte

Collaborateurs touchés par la maladie, collègues, managers, Ressources Humaines, Services de santé au travail, services sociaux : tous, au sein de l’entreprise, sont impactés et concernés par le cancer. Pourtant, malgré les progrès réalisés par les entreprises dans la prise en charge des personnes atteintes de cancer, l’ensemble des études scientifiques
attestent que dans les 2 ans qui suivent leur diagnostic :

  • 1 personne sur 3 quitte ou perd son emploi après un diagnostic de cancer1
  • le taux d’emploi passe de 82% à 61,3%1
  • le taux de chômage passe de 7 à 11,1%1

 

Même si le cancer est une maladie sévère avec laquelle on peut vivre et travailler, l’impact des traitements est réel chez les personnes atteintes de cancer : fatigue, troubles de la mémoire, du sommeil ou de la concentration.

  • 3 personnes sur 5 déclarent avoir conservé des séquelles, 2 ans après un diagnostic de cancer1
  • 8,5 % des personnes atteintes de cancer disent être l’objet d’attitudes de rejet ou de discrimination liées directement à leur maladie1

 

Par ailleurs, un an voire deux ans après leur reprise du travail, les personnes touchées par le cancer sont souvent victimes de dépression et souffrent d’une perte d’estime ou de confiance en soi, au sein d’une entreprise qui a évolué sans eux. Le maintien ou le retour en emploi des personnes malades est d’autant plus difficile que révéler sa fragilité dans le cadre professionnel, basé sur la performance, est difficile…

Dans ce contexte, les entreprises ont du mal à appréhender la maladie et son impact : « les traitements qui continuent d’améliorer la survie globale des patients, évoluent rapidement et fortement et ont tendance à se chroniciser. Ces traitements, leurs modes d’administration (la chimiothérapie orale par exemple) et leurs effets indésirables, méconnus (…) ne correspondent plus à l’image qui s’est formée autour des pathologies cancéreuses2. »

Agir ensemble pour améliorer l’accompagnement en entreprise des salariés atteints de cancer

Face à cette situation, l’INCa a élaboré une Charte qui « recense les principes et engagements opérationnels pour mettre en place une démarche cohérente répondant à des besoins exprimés par l’entreprise et les salariés dans le domaine du maintien et du retour en emploi des personnes atteintes de cancer »2. Elle a été réalisée en partenariat avec l’Association Nationale des DRH et l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT) et son réseau d’associations régionales. La force de cette initiative est de :

  • répondre par des approches collectives à des besoins réels identifiés par l’entreprise et les salariés
  • reposer sur des études scientifiques
  • s’inscrire dans le plan Cancer 2014-2019
  • faire le lien entre l’univers professionnel et le monde associatif
  • être applicable à d’autres pathologies telles que les maladies chroniques évolutives

 

La Charte propose aux entreprises signataires de s’engager autour de 11 engagements concrets, articulés autour de 4 grands axes essentiels pour réussir cet accompagnement dans le respect des besoins de chacun :

  • Accompagner le salarié dans le maintien et le retour en emploi
  • Former et informer les parties prenantes de l’organisation pour inverser positivement le rapport à la maladie et accompagner de manière efficace les salariés.
  • Promouvoir la santé au niveau de l’ensemble des salariés qui peuvent agir de façon individuelle ou collective pour diminuer leur risque d’être confronté un jour au cancer.
  • Partager et évaluer et les dispositifs déployés dans l’organisation et d’y apporter les améliorations nécessaires.

 

Convaincu que cette démarche constitue une réelle avancée sociale et économique, Sanofi a signé cette Charte le 17 mai, en présence de Guillaume Leroy, Directeur Pays Sanofi France, de Marc Bonnefoi, R&D Sanofi France, et d’Erwan Le Dantec, DRH R&D Sanofi France :

« Nous nous réjouissons d’adhérer à l’initiative de l’INCa et de signer les ‘’11 engagements pour améliorer l’accompagnement des salariés touchés par le cancer et promouvoir la santé’’. Cette volonté de proposer des actions concrètes individuelles et collectives pour aider les patients à mieux vivre la maladie et le retour au travail, c’est aussi l’engagement quotidien de tous les collaborateurs de Sanofi ».
Guillaume Leroy, Directeur Pays Sanofi France

Concilier cancer & emploi : répondre aux besoins des salariés et des entreprises

Sanofi s’engage ainsi aux côtés de tous ses collaborateurs, pour accompagner les personnes atteintes d’un cancer et donner à leurs collègues, les moyens d’apporter leur aide.


Références :

1.Institut National du Cancer : Les cancers en France en 2016 : l’essentiel des faits et chiffres

2.Institut National du Cancer : 11 engagements pour améliorer l’accompagnement des salariés touchés par un cancer et promouvoir la santé