La France, « start-up nation » en santé ?

Le Sommet des start-up, organisé par Challenges et Sciences et Avenir mettait cette année en lumière le grand bouillonnement des start-up françaises et les différents territoires d’innovation, avec pour filigrane l’ambition française de devenir la « start-up nation ». Partenaire de l’événement, Sanofi tenait à partager sa vision des start-up en santé et ses relations avec ces jeunes pousses qui contribuent à faire avancer la science et la médecine.

Retour sur Sanofi au 2ème Sommet des Start-up du magazine Challenges

Sanofi était présent au 2ème Sommet des Start-up, au Palais Brongniart, à Paris, le 13 avril 2017, lancé cette année par Challenges sur le thème « La France, start-up nation ? ». Une question qui reflète bien l’ambition de la France de devenir la « start-up nation » des prochaines années.

La journée, à travers des formats de tables rondes et de key-note, a permis de mettre en avant «les territoires du futur» : des domaines en pleine effervescence comme l’intelligence artificielle, les biotechs, la e-santé ou encore la blockchain. Les 10 meilleures des 100 start-up sélectionnées par Challenges ont aussi pitché devant des professionnels et business angels de leur secteur.

« Travailler à plusieurs c’est être dans l’innovation »

Sanofi était partenaire de l’événement, avec Guillaume Leroy, Directeur Pays, Sanofi France, qui est intervenu sur le thème des start-up et des biotech, dans une table ronde animée par Dominique Leglu (Sciences et Avenir), aux côtés de Bernard Gilly, fondateur d’iBionext.

Start-up et biotech ? Une équation centrale pour Sanofi, à l’heure où la recherche et l’innovation se pratiquent en connexion avec un large écosystème d’acteurs.

L’open innovation est une réalité depuis plusieurs années chez Sanofi. « Travailler seul c’est être dans l’expertise, travailler à plusieurs c’est être dans l’innovation », résume Guillaume Leroy. Sanofi soutient ainsi des start-up prometteuses dans différents domaines tels que les biotech ou la e-santé. Comment ? En les aidant à rejoindre des incubateurs partenaires, tels que le Village by CA ou Tech Care Paris et en nouant avec elles des contrats de coopération ou de prestations. Sanofi participe également à différents systèmes de financement comme le fond Innobio ou encore le fond d’amorçage Inserm Transfert. En retour, « les start-up nous apportent un souffle entrepreneurial » souligne Guillaume Leroy. « Il y a de plus en plus de passerelles entre les multinationales et les start-up » observe-t-il.

Retour sur Sanofi au 2ème Sommet des Start-up du magazine Challenges

Les start-up, indispensables à l’innovation médicale

Le secteur de la santé a connu une importante transformation depuis ces 10 dernières années, que Bernard Gilly qualifie de « révolution tectonique ». Avec d’abord un virage vers les biotechnologies, mais aussi l’essor du big data et de l’intelligence artificielle. Ces transformations font émerger l’arrivée d’acteurs comme les start-up et plus récemment les GAFA*, aux côtés des acteurs de la santé dits « traditionnels » comme les laboratoires pharmaceutiques ou les sociétés de technologie médicale.

Cellules souches, thérapie génique, mécanismes épigénétiques… La science et les nouvelles technologies réservent des perspectives prometteuses en matière d’innovation thérapeutique. Mais il sera possible aussi de prévenir ou de résoudre des problèmes de santé grâce au numérique, avec un meilleur traitement de la data.

Plus de 3 millions de personnes prennent soin de leur santé chaque jour en rentrant dans une pharmacie française. Il y a un maillage de 22 000 pharmacies en France en plus du corps médical. La pharmacie est un territoire fertile pour développer des solutions pour anticiper les épidémies et améliorer l’usage des produits.

Guillaume Leroy

Pour revoir la table ronde sur les biotechnologies

En savoir plus sur le Sommet des Start-up

*GAFA : Acronyme qui qualifie les « géants du web » : Google, Apple, Facebook, Amazon

Retrouvez-nous sur sanofi.fr